< Retour

Actualités

image description Une élévation sérique de la glycoprotéine alpha 1-acide est un facteur prédictif de mortalité chez le patient âgé hospitalisé
L’état nutritionnel, évalué essentiellement à l’aide des taux sériques de l’albumine et de la pré-albumine, est considéré comme un puissant élément prédictif de mortalité chez la personne âgée. Les marqueurs de l’inflammation sont également au nombre des paramètres considérés depuis quelques années comme facteurs de risque de mortalité chez ces sujets. En effet, plusieurs études ont montré qu’une augmentation des niveaux d’IL-6 et de la protéine C-réactive (CRP) était associée à un risque élevé de mortalité. La glycoprotéine alpha1-acide (AGP), ou orosomucoïde, fait également partie des protéines dont la synthèse est activée lors des processus inflammatoires. Cependant les données relatives à une association éventuelle entre des modifications de concentration de ce composé et un risque de mortalité chez le sujet âgé sont peu nombreuses.

Afin de préciser les valeurs prédictives respectives de la CRP et de l’AGP, une étude a été réalisée sur une cohorte de patients hospitalisés entre octobre 1995 et mai 1998 à l’hôpital gériatrique Charles Richet en région parisienne. Les 433 participants à l’étude, dont 345 femmes, étaient admis pour réadaptation à la suite d’une intervention chirurgicale, d’une affection cardio-vasculaire ou d’une infection, pour une démence ou encore pour des ulcères de pression. La moyenne d’âge était de 84±7 ans et la durée moyenne d’hospitalisation de 104 jours. Le suivi se terminait soit au décès du sujet soit à sa sortie de l’hôpital.

Quatre vingt deux décès ont été enregistrés au cours de cette étude. Il est à noter que les arythmies, les ulcères de pression, l’incapacité à se déplacer ainsi que l’incontinence urinaire, étaient significativement plus fréquents chez les sujets décédés. A l’inclusion, les niveaux d’albumine et de pré-albumine étaient plus faibles chez ces derniers. Cinquante pour cent des patients avaient une concentration de CRP > 10 mg/L et 60% d’entre eux une concentration d’AGP > 1200 mg/L, valeurs considérées comme limites supérieures signant un état inflammatoire. Par ailleurs, les niveaux de CRP et d’AGP étaient respectivement 2 et 1,3 fois plus élevés chez les patients qui allaient décéder que chez ceux qui allaient survivre. Une analyse multivariée de l’ensemble des résultats a permis de montrer que l’AGP était le marqueur le plus puissant en terme de prédiction de mortalité dans cette cohorte. De plus, la survie des patients était d’autant plus faible que leur concentration d’AGP était élevée.

Bien que la population étudiée ici ne puisse pas être considérée comme représentative de la population générale des personnes âgées, ces résultats confirment l’association entre une élévation des marqueurs de l’inflammation et une augmentation de la mortalité. Cependant, dans cette population, l’AGP apparaît comme étant un meilleur marqueur du risque de mortalité que le CRP.
Paramètre Survivants (n=351) Décédés (n=82) Valeur de p
Age (années) 84 ± 7 87 ± 7 0,002
% de femmes 80 80  
Poids corporel (kg) 58 ± 14 53 ± 15 0,031
Durée d’hospitalisation (jours) 92 ± 104 157 ± 204 < 0,001
Protéine C-réactive (mg/L) 22 ± 34 44 ± 51 < 0,001
Glycoprotéine alpha 1-acide (mg/L) 1340 ± 456 1691 ± 69 < 0,001
Albumine (g/L) 37 ± 4 35 ± 4 < 0,001
Pré-albumine (mmol/L) 200 ± 62 165 ± 67 < 0,001
Publié en Janvier 2003
Auteur : T. Cudennec - Hôpital Ambroise Paré,  Boulogne-Billancourt
Références : Henry OF, Blacher J, Verdavaine J,Duviquet M and Safar ME. Alpha 1-acid glycoprotein is an independent predictor of in-hospital death in the elderly. Age Aging. 2003; 32: 37-42