< Retour

Actualités

image description Une étude sur des fratries très discordantes confirme que le tabagisme serait bien un facteur de risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge
Plusieurs facteurs de risque liés à l’hygiène de vie et à l’environnement, au nombre desquels figurent la consommation de cigarettes, l’hypertension artérielle, la surcharge pondérale et la consommation d’alcool, semblent associés à la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Bien que le tabagisme fasse partie des facteurs de risque les mieux reconnus dans la pathogenèse de cette affection, plusieurs études aussi bien prospectives que rétrospectives, n’ont pas pu retrouver de relation entre cette habitude de vie et le risque de DMLA en particulier de type exsudatif. Les études épidémiologiques faisant appel à des fratries très discordantes vis-à-vis d’une affection donnée constituent une méthode puissante de détection d’associations mêmes faibles avec des facteurs de risque. Cette méthodologie ne nécessite qu’un nombre relativement faible de sujets.

C’est cette approche qui a été utilisée par une équipe nord-américaine pour rechercher les facteurs de risque de DMLA exsudative. Les patients qui présentaient cette pathologie et qui avaient un frère ou une sœur sans histoire de DMLA qui avait passé l’âge du dépistage de l’affection oculaire du frère ou de la sœur atteint, étaient retenus pour l’étude. Les 73 fratries qui ont participé à cette analyse ont été recrutées entre septembre 1998 et juin 2003. L’âge des sujets souffrant de DMLA allait de 56,5 à 88,5 ans (moyenne 74,5 ans) et celui des frères ou sœurs non atteints de 55,3 à 91,9 ans (moyenne 75,8 ans). Une analyse des ADN a permis de vérifier l’exactitude des liens familiaux entre frères et sœurs. Les frères et sœurs servant de témoins ne devaient pas avoir plus de 5 drusens d’un diamètre < 63 µm, ni d’anomalie pigmentaire, et être exempts d’atteinte maculaire atrophique ou exsudative. Les patients, quant à eux, devaient avoir au moins un œil atteint de DMLA exsudative. Les examens ophtalmologiques étaient réalisés par au moins deux investigateurs. L’analyse des données a été effectuée en prenant en compte les diverses affections dont pouvaient souffrir les participants, leur prise de médicaments et de vitamines ainsi que leur indice de masse corporelle (IMC) et leur consommation d’alcool et de tabac.

Après prise en compte des autres facteurs de risque potentiels, ni une consommation de plus de 105g d’alcool par semaine, ni une histoire d’hypertension, ni un IMC > 20 kg/m2 n’était significativement prédictif de DMLA exsudative, malgré une tendance dans ce sens. Seule la consommation de cigarettes était un facteur de risque significatif, chaque paquet-année (soit un paquet par jour pendant un an) augmentant le risque de 2% (odds ratio, 1,02 ; IC à 95%, 1,01-1,04).

Ces données obtenues à l’aide d’une analyse de fratries discordantes pour les atteintes oculaires, confirment en partie les résultats obtenus précédemment au cours de certaines études prospectives ou rétrospectives mettant en évidence une association entre le tabagisme et le risque de DMLA exsudative. Par ailleurs, en raison probablement d’un manque de puissance statistique, cette étude ne permet que de suggérer un rôle favorisant possible pour l’hypertension artérielle, l’IMC élevé ainsi que la consommation d’alcool dans le développement de cette affection.
Analyse multivariée des facteurs de risque associés à la DMLA exsudative
Facteur de risque Odds ratio
(IC à 95%)
P
Consommation d’alcool > 105 g/semaine 3,52 (0,42-29,77) 0,25
Hypertension > 5 ans 1,84 (0,62-5,48) 0,27
IMC > 20 et < 25 kg/m2 3,58 (0,83-15,49) 0,09
Tabac, pour chaque paquet-année 1,02 (1,01-1,04) 0,007
Publié en Juin 2004
Auteur : G. Hamon - Successful Aging, Boulogne-Billancourt
Références : DeAngelis MM, Lane AM, Chirag PS, Ott J, Dryja TP, Miller JW. Extremely discordant sib-pair study design to determine risk factors for neovascular age-related macular degeneration. Arch Ophthalmol. 2004; 122: 575-580