Apprendre à tomber sans se fracturer grâce aux arts martiaux.
Les fractures de hanches sont bien souvent à l’origine de complications sérieuses : perte d’autonomie et de qualité de vie mais aussi majoration importante du risque de mortalité dans les mois qui suivent. La très grande majorité de ces fractures est la conséquence d’une chute chez des personnes atteintes d’ostéoporose. C’est lors de chutes sur le côté qui occasionnent un impact au niveau du grand trochanter, que le risque est le plus élevé. Les protecteurs de hanche, censés amortir et répartir les forces, n’ont jusqu’ici pas fait la preuve formelle de leur efficacité contre ce type de fracture. Une autre façon d’amoindrir les risques serait d’apprendre à tomber. Les techniques de chute qui font partie des entraînements de base des arts martiaux semblent tout à fait possible à acquérir pour des seniors. C’est ce que confirme une étude pilote réalisée par une équipe hollandaise sur un groupe de 25 personnes en bonne santé, dont 19 femmes, âgées de 60 à 81 ans. Aucune n’avait d’expérience des arts martiaux. L’entraînement a consisté en 5 sessions hebdomadaires de 45 minutes chacune comportant des exercices de chutes en avant, en arrière et sur la côté, d’abord en position assise, puis à genoux, puis debout. A l’issue de la période d’entraînement, 16 participants sur 25 avaient des aptitudes à la chute jugées bonnes ou très bonnes par leurs professeurs. Lors des chutes sur le côté, la force de l’impact mais aussi la peur de tomber étaient significativement diminuées par la session d’entraînement. La plupart des participants se sentaient confiants et capables de mettre en application ce qui leur avait été enseigné. Il semble donc que les seniors, même âgés, sont tout à fait capable de mettre à profit les techniques de chutes des arts martiaux.
Publié en Mars 2010
Références : Groen BE et al. Osteoporosis Int. 2010;21:215-221