Auto-négligence et maltraitance, deux facteurs sous-estimés de risque de mortalité.
On considère généralement que la maltraitance des personnes âgées concerne avant tout les sujets en situation de dépendance. Or la simple auto-négligence semble très fréquente parmi les seniors qui vivent à domicile. Elle se manifeste en particulier par une alimentation inadaptée, un manque d’hygiène, et des vêtements et un logement négligés en l’absence d’un aidant. Les conséquences de ces comportements sur l’état de santé de personnes non démentes sont loin d’être neutres. Une analyse prospective l’a montré sur 9 318 personnes de 73 ans en moyenne qui vivaient dans la communauté urbaine de Chicago et qui ont été suivies pendant 14 années. Les services sociaux avaient identifié 1 544 cas d’auto-négligence et 113 cas de maltraitance. Au cours de cette période d’observation, 4 306 personnes sont décédées. La mortalité à un an était près de 6 fois plus élevée chez les personnes qui manifestaient de l’auto-négligence et restait encore 2 fois plus forte au-delà de un an, le risque étant d’autant plus marqué que le niveau d’auto-négligence était important. La maltraitance était également associée à une augmentation de 40% du risque de mortalité. Ces majorations de risque étaient observées quelles que soient les performances intellectuelles ou physiques des personnes concernées.
Publié en Septembre 2009
Références : Dong XQ et al. JAMA. 2009;302:517-526