Chez les centenaires, le TNF-alpha serait un marqueur du risque de décès.
L’avancée en âge s’accompagne fréquemment d’un processus inflammatoire à bas bruit. C’est la raison pour laquelle une étude a été récemment conduite sur un groupe de 126 centenaires afin de mettre en évidence une éventuelle association entre les marqueurs de l’inflammation et la mortalité au cours d’un suivi de 5 ans. Les pathologies cardiovasculaires et les démences étaient les principales affections rencontrées lors de l’inclusion dans cet essai. Seuls 9 sujets étaient encore vivants à l’issu de la période d’observation. Après ajustement sur les différents facteurs, les auteurs ont observé qu’une élévation du TNF-α plasmatique était associée à une augmentation de mortalité, avec une majoration du risque de 34% pour chaque élévation de la concentration d’une déviation standard (2,81 pg/mL). En revanche, ni l’IL-6, ni l’IL-8, ni la protéine C-réactive n’était associée à un risque plus élevé de mortalité. Il semblerait ainsi que le TNF-α puisse être considéré comme un marqueur de fragilité chez ces grands vieillards.
Publié en Septembre 2003
Références : Bruunsgaard H et al. Am J Med.2003;115:278-283