De l’utilité de la Wii dans la rééducation des patients victimes d’un accident vasculaire cérébral.
Plus de la moitié des personnes qui ont été victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC) présentent un déficit moteur nécessitant une rééducation fonctionnelle. Les techniques habituellement utilisées permettent de retrouver une certaine mobilité grâce à la plasticité de notre cerveau, de façon d’autant plus efficace que les exercices sont plus intenses. Les jeux de réalité virtuelle semblent également capables d’apporter une aide précieuse dans ce processus de rééducation si l’on en juge par les résultats obtenus au cours d’une étude pilote réalisée par des chercheurs canadiens. Vingt patients, âgés de 41 à 83 ans (âge moyen 61 ans), ont été sélectionnés pour participer à un programme de 8 sessions de 1 heure chacune réparties sur 2 semaines. Deux groupes ont été constitués, l’un participait à des activités simples de loisir nécessitant des mouvements des membres supérieurs et l’autre pratiquait des mouvements proposés par la console de jeu virtuel Wii. Tous les participants avaient été victimes d’un AVC inaugural depuis moins de 2 mois. Si les patients du groupe Wii avaient fait un AVC plus sévère que les autres, les 2 groupes étaient par ailleurs comparables en particulier en termes de comorbidités. En plus de cette intervention, tous les participants avaient bénéficié d’environ 20 heures de rééducation classique prodiguées par un kinésithérapeute. Les progrès réalisés ont été quantifiés grâce à un test d’évaluation de la motricité (version abrégée du Wolf Motor Function Test). Quatre semaines après l’intervention, les sujets qui avaient utilisé la Wii avaient une motricité significativement améliorée comparés aux sujets de l’autre groupe, ainsi qu’une tendance à l’augmentation de leur force de préhension. Cette nouvelle approche dans la rééducation des patients victimes d’un AVC récent ne présente pas d’effet indésirable notable et a le mérite d’être facile à mettre en œuvre. Sans vouloir remplacer les thérapies conventionnelles, les auteurs considèrent qu’elle pourrait contribuer de façon significative à l’amélioration de la récupération fonctionnelle et de la qualité de vie des patients.
Publié en Septembre 2010
Références : Saposnik G et al. Stroke. 2010;41:1477-1484