Des particules lipoprotéiques de grande taille seraient-elles un déterminant de la longévité?
On peut penser que les personnes qui montrent une longévité exceptionnelle ont été épargnées par les risques de mortalité les plus répandus, au premier rang desquels figurent les maladies cardiovasculaires. Afin d’identifier des facteurs associés à la longévité, une équipe de chercheurs new-yorkais s’est intéressée à un groupe de juifs ashkénazes presque centenaires, qu’ils ont comparés à leurs enfants et à deux groupes contrôles plus jeunes, d’origine juive ou non. Chez ces sujets très âgés ainsi que chez leurs enfants, la taille des particules lipoprotéiques HDL et LDL était plus importante que dans les groupes contrôles. Ce phénotype était associé à une moindre prévalence de maladies cardiovasculaires ou du syndrome métabolique, ainsi qu’à une augmentation de la fréquence d’un variant particulier du gène CETP concernant une protéine impliquée dans la régulation du transport du cholestérol des tissus vers le foie. Selon les auteurs, la taille des lipoprotéines serait génétiquement déterminée et contribuerait à assurer un vieillissement en bonne santé.
Publié en Octobre 2003
Références : Barzilai N et al; JAMA: 2003; 290, 2030-2040