La douleur chronique peut nous faire vieillir de plus de 20 ans.
La limitation fonctionnelle correspond à une restriction dans la réalisation des activités de la vie quotidienne. Elle apparaît de façon insidieuse et est souvent considérée comme un élément normal du vieillissement. Toutefois, cette perte d’autonomie varie beaucoup entre des personnes du même âge. Des auteurs californiens ont étudié la relation entre l’altération fonctionnelle et la douleur, dans les différentes tranches d’âge chez les 18 531 sujets, âgés en moyenne de 65 ans, qui participaient à la Health and Retirement Study. Une segmentation a été réalisée selon le degré de limitation des sujets pour 4 domaines fonctionnels : la mobilité (sujets capables ou non de se déplacer sur différentes distances), la montée des escaliers (possibilité ou non de monter un certain nombre de marches), la fonction des membres supérieurs (réalisation ou non de tâches comme pousser une chaise, porter des sacs à provision) et les activités de base de la vie de tous les jours (faire sa toilette, s’habiller, se déplacer, manger). Parmi les participants, 24% souffraient de douleurs modérées ou sévères la plupart du temps. Les résultats ont montré que ces derniers étaient beaucoup plus limités dans leurs activités que les personnes en bonne santé, même plus âgées. Ainsi, les capacités fonctionnelles des personnes de 50 à 59 ans avec douleurs ressemblaient davantage à celles des sujets de 80 à 89 ans sans douleur. En France, on estime qu’environ 12 millions de personnes souffriraient de douleurs chroniques. Afin d’améliorer leur prise en charge, la Haute Autorité de Santé a récemment publié des recommandations à l’intention des professionnels de santé.
Publié en Octobre 2009
Références : Covinsky KE et al. J Am Geriatr Soc. 2009;57:1556-1561