La mélatonine améliore-t-elle les troubles du sommeil des sujets atteints de maladie d’Alzheimer ?
Les troubles du sommeil concernent près de 45% des patients souffrant de maladie d’Alzheimer. Lorsque ces troubles sont très importants, ils peuvent affecter gravement l’entourage du malade et être à l’origine de son placement en institution spécialisée. Par ailleurs, de nombreuses observations suggèrent qu’une amélioration du sommeil nocturne chez ces malades serait susceptible d’augmenter leurs capacités cognitives grâce en particulier à une meilleure vigilance diurne. Les effets soporifiques et chronobiologiques de la mélatonine ont été récemment évalués dans le cadre de la Alzheimer’s Disease Cooperative Study, sur un groupe de 157 patients Alzheimer qui présentaient des troubles du sommeil. Il s’agit de l’une des premières études du genre. L’état de veille et le niveau d’activité des sujets étaient objectivés à l’aide d’un actimètre de poignet. Une augmentation de 30 minutes du temps de sommeil nocturne était considéré comme le bénéfice minimum à atteindre pour être cliniquement significatif. Après 2 mois de traitement, la mélatonine, administrée à la dose de 10 mg ou de 2,5 mg sous forme retard, n’a pas induit d’amélioration significative du temps de sommeil nocturne ni de la proportion jour/nuit du temps de sommeil total, bien qu’une tendance ait été observée dans ce sens. Une amélioration subjective de la qualité du sommeil était cependant rapportée par le personnel soignant pour les patients traités à la dose de 2,5 mg sous forme retard.
Publié en Novembre 2003
Références : Singer C et al; Sleep: 2003; 26, 893-901