La prise d’antibiotiques diminue-t-elle le risque d’accidents vasculaires cérébraux ?
L’hypothèse selon laquelle une infection chronique serait associée au développement de l’athérosclérose et à ses complications ischémiques, a engendré de nombreux travaux qui ont abouti à des résultats relativement contradictoires. En particulier, les diverses tentatives de démonstration d’un effet bénéfique des antibiotiques sur le risque d’infarctus du myocarde n’ont pas permis d’aboutir à des résultats concluants. Une étude rétrospective cas-contrôle a été récemment conduite par une équipe canadienne sur une cohorte de près de 30 000 sujets, âgés en moyenne de 78 ans et qui avaient débuté un traitement antihypertenseur entre 1982 et 1995. Au sein de cette population, 1888 patients ont fait un accident vasculaire cérébral (AVC). Les caractéristiques de ces derniers ont été comparées à celles de 9440 sujets considérés comme contrôles. Après ajustement sur les différents facteurs confondants, une diminution significative de 19% du risque d’AVC était observée pour une prise d’antibiotiques en général, dans les 30 jours à 1 an avant l’accident. De façon surprenante, parmi les antibiotiques utilisés, la pénicilline était le seul dont la prise était associée à une baisse de l’incidence des AVC, avec une diminution du risque atteignant 47% si le traitement avait eu lieu au cours du mois précédent. Il semble toutefois, comme le suggèrent les auteurs, que d’autres essais sur d’autres populations soient nécessaires avant de pouvoir considérer comme démontré un rôle protecteur vasculaire de cet antibiotique.
Publié en Septembre 2003
Références : Brassard P et al; Stroke: 2003; 34, 163-167