La stimulation du récepteur Notch restaure la capacité de prolifération des cellules satellites du muscle squelettique.
La capacité qu’ont les tissus à se régénérer diminue avec l’âge. Ceci est particulièrement vrai pour les muscles squelettiques qui ont, dans une certaine mesure, la capacité de reconstituer des fibres endommagées à partir de cellules satellites. Toutefois, la capacité de prolifération et de différenciation des ces cellules est fortement réduite au cours du vieillissement. Une équipe californienne vient de montrer chez la souris que ce pouvoir prolifératif est lié à l’activation de la protéine Notch, un récepteur membranaire capable de réguler la transcription de l’ADN lorsqu’il est stimulé par son ligand Delta-1. Ce récepteur était surtout connu pour son rôle dans le développement du système nerveux et des cellules musculaires. On sait maintenant que l’inhibition de Notch empêche la régénération des fibres squelettiques dans le muscle du sujet jeune, alors que son activation restaure les propriétés de réparation du muscle âgé. Il reste à vérifier que les propriétés de ce récepteur Notch se retrouvent bien chez l’homme avant d’envisager toute intervention.
Publié en Décembre 2003
Références : Conboy IM. et al; Science: 2003; 302, 1575-1577.