La supplémentation vitaminique à forte dose n’est pas sans danger.
L’acide folique, ou vitamine B9, est essentielle à la croissance cellulaire ainsi qu’à la réparation des tissus. Pour palier aux carences de notre alimentation moderne, plusieurs pays ont entrepris depuis un peu plus de 10 ans de supplémenter systématiquement la farine et les céréales afin de minimiser le risque de défaut de fermeture du tube neural ou spina bifida chez les nouveaux nés. En parallèle, des essais ont été entrepris pour faire baisser, grâce à une supplémentation en acide folique et vitamine B12, les niveaux circulants d’homocystéine supposée impliquée dans les maladies cardiovasculaires. C’est à la faveur de 2 de ces études conduites en Norvège, pays qui n’a pas instauré de supplémentation systématique en folates, qu’une tendance à l’augmentation de certains cancers avait été observée. Pour tenter de clarifier cette situation, les chercheurs ont poursuivi l’observation des patients au-delà de la période de supplémentation. Les 6 261 participants qui souffraient tous d’une maladie cardiaque ischémique avaient 62 ans en moyenne lors de leur inclusion dans l’étude en 1998 et ont été répartis en 4 groupes équivalents. Chacun a reçu soit de l’acide folique (0,8 mg/j) + de la vitamine B12 (0,4 mg/j) + de la vitamine B6 (40 mg/j), soit de l’acide folique (0,8 mg/j) + de la vitamine B12 (0,4 mg/j), soit de la vitamine B6 (40 mg/j), soit un placebo pendant 39 mois. A la fin de la période d’observation, 341 participants du groupe acide folique + vitamine B12 contre 288 participants du groupe placebo ont développé un cancer, parmi lesquels 136 et 100 patients sont décédés, respectivement. La mortalité globale était également augmentée de 18% chez ceux qui avaient reçu de l’acide folique et de la vitamine B12. Il s’agissait principalement d’une majoration de l’incidence des cancers du poumon de 25% supérieure à celle de la population générale. Une supplémentation par des doses de vitamines qui vont au-delà des apports recommandés (environ 2 fois pour l’acide folique et 100 fois pour la vitamine B12) ne semble donc pas dénuée de risque pour la santé.
Publié en Décembre 2009
Références : Ebbing M et al. JAMA. 2009;302:2119-2126