La vaccination anti-grippale du personnel soignant permet de diminuer la morbi-mortalité des résidents en institution.
La vaccination contre la grippe saisonnière constitue un moyen efficace de se protéger contre la grippe et ses complications, même si son efficacité semble moindre chez les personnes âgées. Quelques études ont également montré que la vaccination du personnel soignant pouvait limiter la transmission de l’infection aux résidents ainsi que la morbi-mortalité associée à la grippe. En France, près de la moitié des établissements de long séjour ont une couverture vaccinale du personnel inférieure à 40%, ce qui semble faible. Une équipe française a conduit une étude auprès de 40 institutions pour personnes âgées de la région parisienne au cours de l’hiver 2006/2007. Ces établissements ont été choisis sur la base du nombre de résidents (de 50 à 200) et du taux de vaccination des équipes (moins de 40%). Une campagne de sensibilisation générale et personnalisée auprès de la moitié des unités participantes avait permis d’augmenter le taux de vaccination à 70% avec une dispersion allant de 48,4 à 89,5%, selon les établissements. Dans l’autre moitié des résidences qui n’avait reçu que les informations habituelles, le taux de vaccination allait de 0 à 69% avec une moyenne à 32%. Les résidents étaient âgés en moyenne de 86 ans et leur taux de vaccination était de 92%. Après prise en compte des autres facteurs de risque, la mortalité globale des résidents était fortement corrélée au niveau de vaccination du personnel avec une diminution de 20% dans le groupe le mieux vacciné. De plus, dans ce groupe, les symptômes grippaux étaient diminués de 31% chez les résidents et l’absentéisme pour maladie réduit de 42% chez les soignants. Bien que l’épidémie de grippe fût modérée au cours de cet hiver 2006/2007, ces résultats viennent renforcer l’idée que la vaccination du personnel est tout à fait bénéfique, aussi bien pour les résidents que pour les équipes soignantes.
Publié en Octobre 2009
Références : Lemaitre M et al. J Am Geriatr Soc. 2009;57:1580-1586