Le football américain, un sport à haut risque d’atteinte neurodégénérative.

Les commotions cérébrales répétées, résultant d’un ébranlement brutal du cerveau avec ou sans perte de connaissance, peuvent à long terme donner lieu à des troubles neurologiques variés. Certains sports, tels que la boxe, le rugby ou le football américain, exposent tout particulièrement les pratiquants à des traumatismes répétés de ce type. Très peu d’enquêtes d’envergure ont été consacrées au devenir de ces anciens sportifs. L’étude de cohorte réalisée sur le risque de maladie neurodégénérative chez d’anciens footballeurs américains est à cet égard bien instructive. Cette étude de mortalité a porté sur 3 439 individus qui avaient activement participé à au moins 5 saisons sportives entre 1959 et 1988. Le suivi a été arrêté en 2007. A cette date, seuls 10% des participants étaient décédés (âge médian de décès de 54 ans avec des extrêmes à 27 et 81 ans). Comparés à la population générale des hommes américains, de façon inattendue, la mortalité des footballeurs était significativement réduite de près de 50%. En revanche, les décès associés à une maladie neurodégénérative étaient 3 fois plus fréquents que dans la population générale. En particulier, ceux liés à une sclérose latérale amyotrophique ou à une maladie d’Alzheimer avaient une prévalence 4 fois plus élevée. Cette augmentation du risque touchait plus spécifiquement les joueurs soumis à de fortes accélérations de par leur rôle sur le terrain. Une étude récente a par ailleurs mis en évidence la présence de lésions cérébrales qualifiées « d’encéphalopathie traumatique chronique » lors de l’autopsie de jeunes footballeurs américains décédés après seulement quelques années de pratique sportive. Ces différentes données confirment bien les risques associés à la pratique de certains sports, même en l’absence de traumatismes cérébraux sévères.

Publié en Décembre 2012
Auteur : T. Cudennec - Hôpital Ambroise Paré,  Boulogne-Billancourt
Références : Lehman EJ et al. Neurology. 2012;79:1970-1974.