Le poids à la naissance est déterminant dans la survenue d’une fibrillation auriculaire.
On savait déjà que nombre de maladies qui se déclarent à l’âge adulte peuvent être favorisées par des facteurs déjà présents lors des premières années de vie. Il en est ainsi de plusieurs affections cardiovasculaires qui semblent influencées par le poids de naissance, comme le sont le diabète de type II et l’obésité. Peu de données étaient disponibles jusqu’à présent sur la relation éventuelle entre poids de naissance et fibrillation auriculaire, le trouble du rythme le plus fréquent dans la population adulte. Une cohorte de près de 28 000 femmes en bonne santé a été suivie de 1993 à 2009 afin de déceler la survenue d’une fibrillation auriculaire. Elles étaient âgées de 48 à 61 ans lors de leur recrutement et ont été réparties en 5 catégories selon leur poids de naissance : moins de 2,5 kg ; de 2,5 à 3,2 kg ; de 3,2 à 3,9 kg ; de 3,9 à 4,5 kg et plus de 4,5 kg. Au cours des 15 années de suivi, 735 femmes ont fait un premier épisode de fibrillation auriculaire. Après ajustement sur des paramètres comme l’âge, l’indice de masse corporelle, la pression artérielle et le diabète, le risque de fibrillation était majoré de 30% pour un poids de naissance compris entre 2,5 et 3,9 kg et de 70% pour un poids de plus de 3,9 kg, comparé à un poids de moins de 2,5 kg. Ce lien entre poids de naissance et fibrillation auriculaire pourrait s’expliquer par la taille et la masse corporelle atteinte au début de l’âge adulte. Cette étude confirme l’importance de certains déterminants présents en tout début de vie dans la survenue de troubles du rythme cardiaque.
Publié en Septembre 2010
Références : Conen D et al. Circulation. 2010;122:764-770