Le stress psychologique accélère probablement le vieillissement biologique.
De nombreux travaux ont montré que les situations de stress chronique avaient des effets négatifs sur notre santé. Le stress peut en effet favoriser la survenue de troubles du sommeil ou d’affections cardiovasculaires et affaiblir les défenses immunitaires facilitant ainsi la progression de certaines pathologies. Par ailleurs, les télomères, ou extrémités des chromosomes, se raccourcissent progressivement avec l’âge. Or ces télomères jouent un rôle important dans la protection des chromosomes, dans la préservation du patrimoine génétique et de sa stabilité. Leur longueur est considérée par beaucoup de chercheurs comme un reflet du vieillissement biologique. Une relation éventuelle entre stress et longueur des télomères des globules blancs a été recherchée chez 890 patients, âgés de 64 à 79 ans, qui souffraient d’insuffisance cardiaque à des degrés divers. La présence d’autres pathologies était fréquente chez ces malades : 41% étaient hypertendus, 28% étaient diabétiques, 44% avaient une fibrillation auriculaire et 10% avaient eu un accident vasculaire cérébral. Leur bien-être psychologique a été évalué à l’aide d’un questionnaire validé, et la présence de signes de dépression a été recherchée. Alors qu’il n’y avait pas de relation entre la présence de symptômes dépressifs et la longueur des télomères, un faible score de bien-être psychologique était associé à la présence de télomères plus courts. Les chercheurs se demandent ainsi s’il n’y aurait pas un lien entre stress psychologique chronique et accélération du vieillissement biologique.
Publié en Mai 2010
Références : Huzen J et al. Age Ageing. 2010;39:223-227