Les bienfaits sur le squelette de l’activité sportive durant la jeunesse se retrouvent même au delà de 70 ans.
Le sport, ainsi que toute activité physique régulière pratiquée au cours de la période de croissance, contribue au développement du squelette en favorisant la minéralisation osseuse. Pour savoir si les personnes qui étaient sportives dans leur jeunesse en conservaient les bénéfices plus tard dans la vie, des médecins suédois ont mesuré la densité minérale osseuse (DMO) d’une cohorte de 498 hommes âgés en moyenne de 75 ans. Ils ont ensuite rapproché cette mesure de leurs activités physiques passées. De façon très significative, les hommes qui avaient fait du sport de compétition entre 10 et 35 ans avaient une DMO plus élevée que ceux qui n’en avaient pas fait. Cet effet était d’autant plus marqué que la fréquence des entraînements était élevée : chez ceux qui avaient été les plus actifs, la DMO mesurée au niveau de la hanche, des trochanters ou des vertèbres lombaires était augmentée de 7%, 9% et 8%, respectivement, comparée aux DMO de ceux qui n’avaient pas fait de compétition. Ces résultats montrent que les bienfaits sur le squelette d’une activité sportive persistent bien au delà de ce que l’on pense habituellement, puisqu’on les retrouve encore après 70 ans. Il serait bien sûr intéressant de savoir si cela se traduit bien par une moindre fréquence des fractures de fragilité chez les anciens sportifs.
Publié en Janvier 2009
Références : Nilsson M et al. Osteoporosis Int. 2008;19:1557-1566