Les marqueurs vasculaires peuvent être prédictifs d’un déclin cognitif chez le diabétique.

Partant du constat que la prévalence des complications cardiovasculaires est plus élevée chez les patients diabétiques et que les troubles cognitifs sont également plus fréquents que dans le reste de la population, un groupe d’investigateurs écossais a voulu savoir s’il était possible d’établir une corrélation entre les marqueurs d’une atteinte vasculaire ou cardiaque et la survenue d’un déclin cognitif chez ces sujets. En 2006, 1 066 patients diabétiques ont été recrutés au sein de la population générale de la région du Lothian. Ils étaient âgés de 60 à 74 ans et tous étaient indemnes de troubles cognitifs. Lors de leur recrutement, ils ont bénéficié d’examens approfondis incluant une biologie sanguine et une évaluation de leurs performances cognitives à l’aide d’une batterie de tests neuropsychologiques. Un score global a été calculé à partir des résultats aux différents tests cognitifs. Ces examens ont été répétés au bout d’1 an puis 4 ans. Parmi les paramètres cardiovasculaires mesurés figuraient l’épaisseur de la paroi carotidienne, l’index systolique et la concentration circulante en NT-proBNP. Dans cette cohorte, 35% des participants avaient déjà été victimes d’un problème cardiovasculaire tel qu’AVC, accident ischémique transitoire, infarctus du myocarde, angor ou claudication intermittente. Les marqueurs d’une atteinte vasculaire tels qu’une élévation du peptide natriurétique NT-proBNP, un épaississement de la paroi carotidienne ou un index systolique diminué, ou bien encore une histoire d’AVC, étaient significativement associés au déclin cognitif au cours des 4 années de suivi. Cette étude confirme donc l’existence d’une relation entre une altération de l’intégrité des gros vaisseaux et un déclin cognitif chez les seniors. Avant l’apparition de signes cliniques, les auteurs suggèrent donc d’utiliser ces marqueurs afin d’identifier de manière plus précoce les sujets diabétiques à risque de déclin cognitif.

Publié en Novembre 2013
Auteur : G. Hamon - Successful Aging, Boulogne-Billancourt
Références : Feinkohl I et al. Diabetes Care. 2013;36:2779-2786.