Les personnes qui souffrent d’un déclin cognitif léger sous-estiment certaines de leurs difficultés intellectuelles.
Les personnes qui présentent un déficit cognitif léger (MCI) peuvent évoluer vers une maladie d’Alzheimer. Le fait de ne pas se rendre compte de ses propres difficultés est un facteur prédictif d’évolution vers la maladie. Des investigateurs américains ont regardé si les sujets qui avaient un MCI avec troubles de la mémoire, ou MCI amnésique, étaient conscients du retentissement fonctionnel de leurs troubles cognitifs. Ils ont pour cela comparé l’évaluation subjective et objective des activités de la vie quotidienne, telles que faire ses courses, conduire, gérer ses finances, prendre ses médicaments ou téléphoner, chez 57 patients et 68 témoins sans altération cognitive. Les sujets MCI évaluaient leurs capacités à gérer les activités de la vie quotidienne pratiquement comme les sujets sains. Ils avaient toutefois davantage de difficultés à gérer leur argent, conduire un véhicule et utiliser le téléphone. Près de 30% des patients MCI versus 5% des sujets témoins minimisaient leurs difficultés à gérer les questions financières. Ces résultats montrent que le déclin fonctionnel n’est pas global et ne touche au début que certains domaines de la vie courante. La combinaison entre les tests subjectifs et objectifs devrait permettre d’améliorer le dépistage précoce des sujets présentant une diminution des capacités fonctionnelles.
Publié en Septembre 2009
Références : Okonkwo OC et al. J Am Geriatr Soc. 2009;57:978-84