Les préparations de type probiotique ont-elles vraiment un intérêt dans la prévention des diarrhées associées à l’antibiothérapie ?

La survenue de diarrhées associées à la prise d’antibiotiques est une complication relativement fréquente chez les personnes âgées. Bien qu’il s’agisse le plus souvent d’un phénomène bénin et passager, le pronostic vital peut être engagé lorsqu’il s’agit d’une diarrhée à Clostridium difficile. Si les moyens de prévention validés font toujours défaut, quelques travaux ont montré l’intérêt éventuel d’un apport de souches bactériennes, et en particulier de bactéries lactiques, par voie orale afin de rééquilibrer la flore intestinale. C’est pour tenter de confirmer ces observations parcellaires qu’une étude randomisée, en double aveugle contre placebo et multicentrique, a été réalisée entre 2008 et 2012 en Grande Bretagne. Les patients ont été recrutés dans 5 hôpitaux répartis entre le Pays de Galles et le nord-est de l’Angleterre. Ils étaient âgés de 70 à 83 ans (moyenne 77 ans) et avaient reçu un traitement antibiotique au cours de la semaine précédente ou bien devaient débuter un tel traitement. Les 1 470 participants du groupe intervention ont reçu une gélule quotidienne contenant 6x1010bactéries constituées de 2 souches de Lactobacillus acidophilus et 2 souches de Bifidobacterium bifidum sous forme lyophilisée. Ces gélules devaient être prises avec les repas pendant 21 jours. Les 1 471 participants du groupe placebo recevaient une gélule identique ne contenant que de la maltodextrine. Au cours des 8 semaines de suivi, 159 patients du groupe intervention ont manifesté des diarrhées associées à la prise d’antibiotiques versus 153 dans le groupe placebo. La survenue de diarrhées à C. difficile a été recherchée pendant 12 semaines après le recrutement des patients. Seuls 12 sujets du groupe intervention et 17 du groupe placebo ont été victimes de ce type de diarrhée, mais cette différence n’était pas significative. De même, la durée des épisodes de diarrhée ainsi que leur sévérité étaient similaires dans les 2 groupes, tout comme l’était la fréquence des effets indésirables sévères. Il n’y avait pas non plus de différence significative concernant les durées d’hospitalisation ou la qualité de vie des patients. Les résultats de cette étude ne plaident donc pas en faveur d’une supplémentation par de fortes doses de bactéries lactiques dans la prévention des diarrhées associées à la prise d’antibiotiques.

Publié en Octobre 2013
Auteur : G. Hamon - Successful Aging, Boulogne-Billancourt
Références : Allen SJ et al. Lancet. 2013;382:1249-1257.