Les résultats de l’étude PROGRESS confirment l’intérêt d’un traitement anti-hypertenseur dans la prévention du risque de démence chez les sujets souffrant de troubles cérébrovasculaires.
L’hypertension artérielle et les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont des facteurs de risque reconnus de démence et de déclin cognitif. On pouvait donc penser qu’un traitement anti-hypertenseur efficace serait susceptible de diminuer l’incidence des complications liées à ces affections cardiovasculaires. C’est précisément ce qu’a démontré l’étude PROGRESS dont les résultats viennent d’être publiés. Les 6105 sujets de cette étude qui avaient tous des antécédents d’AVC ou d’accidents ischémiques transitoires ont reçu soit un placebo, soit du périndopril associé ou non à de l’indapamide. Le suivi a été de près de 4 ans. Chez les sujets qui ont fait une récidive d’AVC, une diminution de 34% du risque de démence (évaluées à l’aide des critères du DMS-IV) et de 45% du déclin cognitif (évalué à l’aide du MMSE) a été observée.
Publié en Juin 2003
Références : The PROGRESS Collaborative Group. Arch Intern Med. 2003;163:1069-1075