Les symptômes dépressifs sont associés à une augmentation du risque de chutes chez les seniors.

Les chutes et, à un moindre degré, la présence de symptômes dépressifs, concernent une fraction importante de la population âgée. Un certain nombre de facteurs de risque de chutes sont associés à ces symptômes dépressifs, tels que les troubles cognitifs, les troubles de l’équilibre ainsi que les difficultés à la marche et la faiblesse musculaire. Pour préciser le rôle éventuel des symptômes dépressifs dans la survenue de chutes chez les seniors, une revue de la littérature, couplée à une méta-analyse, a été effectuée par des investigateurs australiens. Au total, 25 études portant sur 21 455 participants ont été sélectionnées. Parmi ces travaux, 4 portaient sur des résidents en institution, 5 avaient inclus des participants qui vivaient chez eux ou en résidence pour personnes âgées, 14 concernaient des sujets exclusivement non institutionnalisés et 2 études portaient sur des patients qui recevaient des soins à domicile. La GDS (Geriatric Depression Scale) était l’échelle la plus communément utilisée pour évaluer les symptômes dépressifs. Le suivi des participants allait de 3 mois à 8 ans, avec une durée de 12 mois dans 17 études. La fréquence des chutes était de 5,7% chez les personnes qui recevaient des soins à domicile, 62,5% chez les personnes qui vivaient en communauté et 70% chez les patients qui souffraient de démence. Les diverses méta-analyses effectuées par les auteurs confirment que la présence de symptômes dépressifs augmente le risque de chute de 50%, indépendamment de la prise d’antidépresseurs et sans différence significative entre les lieux de vie ou le type de recours aux soins. De plus, il semble que le risque de chute soit lié de façon linéaire à l’intensité des symptômes dépressifs. La relation entre dépression et chutes est de toute évidence très complexe. Quoi qu’il en soit, les symptômes dépressifs devraient être recherchés et traités lors de la mise en place de mesures de prévention des chutes chez les seniors afin d’en améliorer l’efficacité.

Publié en Juillet 2013
Auteur : L. Teillet - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Kvelde T et al. J Am Geriatr Soc. 2013;61:694-706.