L’index de comorbidité de Charlson n’est pas adapté au patient âgé insuffisant cardiaque.
Plus de 80% des patients insuffisants cardiaques ont plus de 65 ans. Cette affection constitue l’une des principales causes d’hospitalisation dans cette tranche d’âge. Bien souvent, d’autres pathologies sont associées à cette défaillance cardiaque, venant compliquer la situation des malades. Différents index sont utilisés pour évaluer le degré de sévérité de chaque patient. L’index de Charlson fait partie des plus usités, bien que son aspect prédictif chez l’insuffisant cardiaque âgé ne semble pas avoir été validé sur le long terme. Une cohorte de 1 268 sujets âgés de 74 ans en moyenne a été constituée en 1992 et suivie pendant 12 ans. Parmi les participants, 125 étaient insuffisants cardiaques. Globalement et selon toute logique, chez les non insuffisants cardiaques, la survie diminuait avec l’âge et l’index de comorbidité. En revanche, si la survie diminuait également avec l’âge chez les insuffisants cardiaques, il n’y avait aucun lien avec l’index de comorbidité calculé selon Charlson. De plus, les analyses de régression ont montré que l’index de Charlson était bien prédictif de la mortalité à long terme chez les non insuffisants cardiaques mais pas chez les insuffisants cardiaques. Il semble que le poids de maladies très fréquentes chez les seniors, telle que l’insuffisance cardiaque, ne soit pas suffisamment pris en compte dans le calcul de cet index de comorbidité pour que sa valeur prédictive soit conservée dans cette population.
Publié en Décembre 2009
Références : Testa G et al. Age Ageing. 2009;38:734-740