L’ostéoporose semble sous-estimée et les traitements insuffisamment utilisés.
Afin de tenter de prévenir les récidives de fracture, il est recommandé d’effectuer un bilan osseux à l’aide en particulier d’une mesure de la densité minérale osseuse dans le but d’instaurer éventuellement un traitement. Ces mesures préventives semblent encore très loin d’être passées dans la pratique courante si l’on en juge par les résultats d’une enquête effectuée récemment aux Etats-Unis. Cette analyse a été réalisée grâce à une base de données portant sur une cohorte de 70 513 personnes ayant déjà subi une fracture qui n’était pas consécutive à un traumatisme violent. Le groupe était constitué de femmes âgées de 50 à 89 ans et d’hommes de 65 à 89 ans habitant l’état de Washington. Les fractures du col représentaient 17,5% des fractures et les tassements de vertèbres 10%. C’est après un tassement de vertèbres qu’un bilan ostéodensitométrique était le plus souvent réalisé et un traitement instauré. Un bilan et un traitement étaient très rarement entrepris chez les hommes. En effet, 95,5% des hommes n’étaient ni évalués ni traités, 1,1% étaient évalués mais non traités, 3% étaient traités sans évaluation et seulement 0,4% étaient à la fois évalués et traités. Pour les femmes, ces pourcentages étaient respectivement de 51,2%, 6,4%, 40,4% et 2%.
Publié en Décembre 2003
Références : Feldstein A et al. Arch Intern Med.2003;163:2165-2172