Notre capital musculaire et osseux se construit tout au long de la vie.
Les effets à long terme d’une alimentation riche en protéines sur les masses musculaire et osseuse des seniors ont été évalués par des chercheurs australiens. Ils ont déterminé par absorptiométrie biphotonique la composition corporelle d’environ 900 femmes âgées de 75 ± 3 ans vivant à domicile, pour lesquelles les apports alimentaires en protéines avaient été calculés 5 ans auparavant. Ces apports protidiques moyens étaient de 81 ± 28 g/j (soit 1,2 ± 0,4 g/kg/j), correspondant à 19 ± 3% de l’apport énergétique total. Des corrélations positives ont été retrouvées entre les apports protidiques initiaux, la masse maigre totale, la masse maigre au niveau du bras et la masse osseuse totale. Par rapport aux femmes qui consommaient le moins de protéines (<66 g/j), celles qui en consommaient le plus (>87 g/j) avaient 5 à 6% de masse maigre totale, appendiculaire et osseuse en plus. Cette relation persistait après ajustement sur les facteurs de confusion. Cette étude prospective montre qu’une consommation relativement élevée de protéines est associée à une masse musculaire et une densité minérale osseuse accrues. L’effet positif de cet apport protidique sur la masse osseuse peut s’expliquer par l’action mécanique du muscle sur l’os. Notre capital osseux et musculaire se construit bien tout au long de la vie grâce à une alimentation suffisamment riche en protéines, associée bien évidemment à une activité physique régulière.
Publié en Janvier 2010
Références : Meng X et al. J Bone Miner Res. 2009:24:1827-1834