Une faible concentration de sérum albumine est associée à une augmentation du risque d’insuffisance cardiaque.

En règle générale, un faible taux de sérum albumine plasmatique est considéré comme étant lié à une augmentation de la morbidité et de la mortalité cardiovasculaires. Toutefois, le niveau de l’albumine sérique est fréquemment considéré comme étant un simple marqueur de risque et non pas comme un facteur de risque à part entière. Par ailleurs, la relation entre albumine sérique et risque d’insuffisance cardiaque n’est pas très bien documentée chez les seniors. Pour le préciser, des chercheurs américains ont suivi pendant 9 ans près de 3000 sujets participant à la  Health, Aging, and Body Composition Study . Au départ, ils étaient âgés en moyenne de 73,6 ± 2,9 ans et ne présentaient pas d’insuffisance cardiaque. Un peu plus de la moitié était des femmes et 59% des participants étaient de race caucasienne.A l’inclusion, leur concentration sérique d’albumine était comprise entre 28 et 50 g/L (moyenne 39,8 g/L). A cours du suivi, 11,8% des sujets ont développé une insuffisance cardiaque. Après ajustement sur les facteurs de confusion, comme les biomarqueurs de l’inflammation ou la présence d’une cardiopathie,le taux d’albumine mesuré à l’inclusion était un facteur prédictif d’une évolution vers une insuffisance cardiaque au cours du temps, quel que soit le sexe ou l’origine ethnique. Ainsi, pour toute baisse de 1g/L de l’albumine sérique, le risque d’insuffisance cardiaque était augmenté de 13%. Ce travail montre l’intérêt clinique du dosage de la sérum albumine chez les personnes âgées à risque d’insuffisance cardiaque.

Publié en Novembre 2010
Références : Gopal DM et al. Am Heart J. 2010;160:279-285.