Chez les jeunes seniors, les chutes sont annonciatrices de difficultés futures pour les activités de la vie quotidienne.

Des enquêtes récentes réalisées aux Etats-Unis ont mis en évidence une augmentation de prévalence de la dépendance chez les jeunes seniors, probablement en lien avec le développement de l’obésité et des comorbidités associées. Sachant qu’au grand âge les chutes fréquentes peuvent être à l’origine de fractures, de perte de confiance en soi et conduire à une perte d’autonomie, une telle relation a été également recherchée chez des personnes âgées de 65 à 69 ans, représentatives de la population américaine. Il s’agit d’une étude longitudinale sur 10 ans, réalisée auprès de 2 020 participants qui vivaient à domicile et étaient totalement indépendants en début de suivi. Ils ont bénéficié d’un entretien tous les 2 ans, portant essentiellement sur leur état de santé. En début d’étude, 75% des participants souffraient d’1 à 3 affections chroniques et 5% avaient au moins 4 pathologies. Les affections les plus fréquentes étaient l’arthrite, l’hypertension artérielle ou une maladie cardiaque, qui concernaient respectivement 53%, 45% et 18% des sujets. Il y avait 14% de fumeurs, 22% de personnes obèses et 4% de l’ensemble de la cohorte estimait être en mauvaise santé. La survenue de chutes était associée à l’apparition de difficultés pour effectuer les activités de la vie quotidienne au cours des 2 années suivantes, avec une majoration de 80% du risque en cas de chute isolée ayant entraîné une blessure. Ce risque était multiplié par 2,4 après au moins 2 chutes sans blessure et par 3,7 après au moins 2 chutes associées à une blessure, quelles que soient la situation sociodémographique ou les comorbidités. Ainsi, même chez les jeunes seniors, les chutes fréquentes sont annonciatrices d’un risque de dépendance à court terme.

Publié en Février 2013
Auteur : G. Hamon - Successful Aging, Boulogne-Billancourt
Références : Sekaran NK et al. J Am Geriatr Soc. 2013;61:96-100.