Le déclin fonctionnel peut être ralenti par un complément alimentaire chez les personnes âgées ayant un faible statut socioéconomique.

La malnutrition chronique est très fréquente au grand âge, élément qui contribue à une situation de fragilité. Il est bien admis qu’un faible statut socioéconomique favorise cette malnutrition et la fragilité ainsi que le déclin fonctionnel associés. Différentes études d’intervention ont été réalisées pour tenter d’améliorer la situation nutritionnelle des sujets âgés et mieux comprendre les raisons de leur peu d’efficacité. Rares sont les travaux qui se sont spécifiquement intéressés aux personnes qui vivent en milieu défavorisé. Un essai contrôlé randomisé a été réalisé sur un groupe de 87 sujets âgés de 79 ans en moyenne et jugés fragiles sur la base de leur faible vitesse de marche (moins de 0,6 m/sec) et de leur score nutritionnelle au MNA (inférieur à 24, indiquant des apports protéino-énergétiques insuffisants). Il s’agissait par ailleurs de sujets ayant de très faibles revenus. Ils ont été répartis en un groupe témoin et un groupe intervention de 43 sujets recevant le complément alimentaire. Ces derniers étaient invités à prendre pendant 12 semaines une formulation commerciale liquide sous un volume de 2 x 200ml chaque jour. Cette boisson leur apportait 400 kcal supplémentaires, 25 g de protéines, 56 g de glucides, 9 g de lipides, 9,4 g d’acides aminés essentiels, ainsi que des vitamines et des micronutriments. Les participants étaient régulièrement encouragés à prendre le complément alimentaire en plus de leur repas habituel, et non pas à le substituer par cette boisson. Le groupe témoin avait reçu le même nombre de visites du diététicien mais ne devait pas modifier leurs habitudes. Les apports protéino-énergétiques avaient augmenté de façon significative dans le groupe qui avait reçu le complément alimentaire. A l’issue de l’intervention, les capacités physiques subjectives du groupe complémenté s’étaient améliorées de 5,9 % alors qu’elles étaient restées inchangées dans le groupe témoin. Les performances physiques, mesurées selon le Short Physical Performance Battery, étaient demeurées stables dans le groupe intervention alors qu’elles s’étaient dégradées de 12,5% chez les témoins. La vitesse de marche avait diminué de 11,3% chez les témoins mais seulement de 1% dans le groupe intervention, et les performances au test Get up and go s’étaient dégradées de 3,4% chez les témoins mais s’étaient améliorées de 7,2% dans le groupe traité. Il n’y avait toutefois pas de différence dans la force de préhension, l’équilibre sur une jambe, l’évolution du poids corporel, ni le périmètre brachial entre les 2 groupes à la fin de l’essai. Cette étude montre qu’une supplémentation protéino-énergétique peut ralentir le déclin fonctionnel chez les personnes âgées fragiles à faible niveau socio-économique.

Publié en Avril 2013
Auteur : G. Hamon - Successful Aging, Boulogne-Billancourt
Références : Kim C-O, Lee K-R. J Gerontol Biol Sci Med Sci. 2013;68A:309-316.