Les personnes pratiquant régulièrement le jogging gagnent plusieurs années d’espérance de vie.

La pratique régulière de la course à pied, ou jogging, a débuté vers les années 1970 aux Etats-Unis et s’est progressivement répandue dans de nombreux pays occidentaux. Une augmentation du risque de mort subite lors de séances de jogging a été rapportée par certains auteurs. D’autres ont proposé l’existence d’une relation en U entre le niveau d’activité physique et le risque de mortalité, suggérant que les personnes sédentaires et celles qui se livrent à des activités physiques trop intenses auraient un risque plus élevé que celles qui pratiquent une activité modérée. De nouveaux éléments viennent d’être apportés par une étude prospective réalisée au Danemark sur une cohorte de 17 589 hommes et femmes, en bonne santé apparente, qui ont été suivis pendant 35 ans. Au sein de cette population, 695 hommes et 434 femmes, dont les âges allaient de 20 à 86 ans, pratiquaient régulièrement le jogging. Ceux qui ne couraient pas étaient âgés de 20 à 98 ans. Au cours du suivi, 122 décès ont été enregistrés chez les joggers et 10 158 dans le reste du groupe. Après ajustement sur les principaux facteurs de confusion dont en particulier le tabagisme, la consommation d’alcool, le niveau de pression artérielle ou la présence d’un diabète, le fait de courir régulièrement était associé à une diminution du risque de mortalité de 34% chez les hommes de moins de 50 ans et de 29% à partir de 50 ans. Les chiffres correspondant chez les femmes étaient de 25% et 43%. C’était surtout les décès d’origine coronarienne qui étaient diminués chez les joggers. La pratique de la course à pieds serait ainsi associée à un gain d’espérance de vie de 3,8 années pour les hommes et de 4,7 années pour les femmes. Les conditions optimales semblent être des séances de 1h à 2h30 par semaine, réparties au maximum en 3 sessions, en adoptant un rythme modéré. Cette vaste étude d’observation confirme les bénéfices d’une activité physique régulière et modérée de type jogging sur l’espérance de vie.

Publié en Mai 2013
Auteur : T. Cudennec - Hôpital Ambroise Paré,  Boulogne-Billancourt
Références : Schnohr P et al. Am J Epidemiol. 2013;177:683-689.