Quelle est la prévalence de l’hypertension pulmonaire dans la population générale âgée ?

Les causes de l’hypertension pulmonaire sont nombreuses, dont l’insuffisance cardiaque gauche, une maladie pulmonaire ou encore l’augmentation des résistances vasculaires pulmonaires semblent être les plus fréquentes. La prévalence des principales causes de la maladie ainsi que l’évolution de cette affection ont été recherchées sur une population de plus de 165 000 sujets. Il s’agit d’une étude observationnelle rétrospective, basée sur des données échocardiographiques collectées entre janvier 2003 et décembre 2009 dans la localité d’Armadale en Australie. La durée moyenne de suivi était de 3 ans après l’examen initial. Une hypertension pulmonaire était définie par une pression artérielle systolique pulmonaire estimée à l’échographie ≥ 40 mmHg. Dans cette population, 10 314 personnes ont bénéficié d’une échocardiographie pour diverses raisons, permettant de découvrir 936 cas d’hypertension pulmonaire. L’âge de ces patients était de 75 ± 12,5 ans. Les causes principales étaient : une insuffisance ventriculaire gauche dans 68% des cas, une maladie respiratoire (9%), une origine thromboembolique (2%), des apnées du sommeil (1,3%), une autre cause (2,7%). Chez 15% des sujets l’origine de cette hypertension n’a pu être déterminée. La survie moyenne était de 4,3 ans après la première échographie, avec une moyenne de 4,1 ans chez les patients qui avaient une maladie respiratoire, 4,2 ans chez les patients avec une insuffisance cardiaque gauche et 4,3 ans chez les malades dont l’origine de l’hypertension pulmonaire était inconnue. La survie globale moyenne diminuait significativement avec l’âge et n’était plus que de 3,6 années après 80 ans versus 5,9 ans entre 41 et 60 ans. Le risque de mortalité augmentait avec la sévérité de l’hypertension : comparés aux patients qui avaient une pression artérielle pulmonaire estimée entre 40 et 50 mmHg, ceux dont la valeur se situait entre 50 et 60 mmHg avaient un risque augmenté de 90%. Ceux dont la pression était > 60 mmHg avaient une mortalité 3 fois plus élevée. Cette étude de cohorte confirme que la première cause d’hypertension pulmonaire est l’insuffisance cardiaque gauche, avec le pronostic le plus sombre. Le risque de mortalité augmente avec la sévérité de l’hypertension ainsi qu’avec l’âge du patient. Un diagnostic plus précoce, la recherche de l’étiologie et la mise en place d’un traitement spécifique devrait permettre d’améliorer le pronostic des patients.

Publié en Février 2013
Auteur : Bertrand Denis - Hôpital Sainte-Périne,  Paris
Références : Strange G et al. Heart. 2012;98:1805-1811.